Sachez que la plastie abdominale est l’intervention de chirurgie esthétique la plus lourde. Le chirurgien choisira la technique qui convient à votre cas parmi les différents types de liftings du ventre – : la plastie traditionnelle, qui enlève l’excès de peau et de graisse et «recoud» les muscles distendus ; la mini-abdominoplastie, qui consiste à tirer la peau en excès sous le nombril, le long du pubis ; et enfin la lipoaspiration, qui combine l’une ou l’autre. Son choix dépendra de 1 état de votre ventre, de la qualité de votre peau, de votre âge, du nombre de grossesses et de vos antécédents. L’objectif est de diminuer l’épaisseur du panicule graisseux abdominal sous-ombilical, de retendre la peau, de resserrer les muscles si nécessaire (il existe souvent un écartement des muscles grands droits de l’abdomen
après une grossesse). L’intervention peut associer une liposuccion de la paroi abdominale, son but étant toujours d’améliorer la silhouette, mais ce n’est pas une opération qui vise l’amaigrissement.
Vous devez obtenir du chirurgien une description précise du résultat, connaître la place et la longueur des cicatrices, savoir si votre ventre sera retendu au-dessus et au-dessous du nombril et si l’intervention corrigera la distension des muscles abdominaux.

La lipoaspiration suffit à réduire le petit bedon d’une femme jeune et mince à la peau tonique, mais peut aussi améliorer un ventre un peu plus relâché. La mini-abdominoplastie traite, quant à elle, essentiellement la partie sous-ombilicale. Cette chirurgie concerne principalement les paresseuses qui ont un excès de peau modéré (plus l’excédent de peau est important, plus l’intervention est délicate) et qui sont prêtes à travailler leurs abdos régulièrement, c’est-à-dire toute leur vie!

L’opération
Elle est pratiquée sous anesthésie générale. En plus d’une cicatrice circulaire péri-ombilicale et/ou horizontale sus-pubienne, certains chirurgiens, selon la quantité de peau et de graisse à enlever, peuvent rajouter une cicatrice verticale qui va du pubis à l’ombilic. L’opération dure entre 1 h 30 et 2 heures, l’hospitalisation est de l’ordre de 5 à 7 jours, et un arrêt de travail de 1 mois est nécessaire pour les plasties importantes qui sont prises en charge par la Sécurité sociale.

Les suites opératoires
Vous pouvez éprouver des douleurs dès que vos abdominaux sont sollicités. Des piqûres d’anticoagulants pendant 1 semaine environ sont nécessaires pour prévenir les risques de phlébite.
Vous portez un pansement sur la cicatrice et un collant de contention pendant 15 jours, une gaine pendant 1 mois. La
cicatrice est en général horizontale, d’une hanche à l’autre, mais elle peut parfois être verticale pour supprimer les vergetures situées sous le nombril.

Le résultat
Le résultat morphologique est atteint au bout de 3 à 6 mois. Les cicatrices peuvent être rouges et dures pendant plus
de 1 an. La sensibilité de la paroi abdominale récupère progressivement suite à la repousse nerveuse et à la cicatrisation des zones de décollement. La chirurgie abdominale autorise une nouvelle grossesse, mais pas avant 2 ans. Il existe des risques: une phlébite, une embolie pulmonaire, des épanchements lymphatiques, qui durent parfois de 1 à 2 mois et nécessitent des ponctions quotidiennes. Comptez 2 à 4 semaines d’arrêt de travail et évitez le sport pendant 2 mois.