L’architecture de la peau ne respecte pas l’égalité des sexes non plus. Les lobules graisseux cutanés sont plus gros chez les femmes (et en forme de grappe, s’il vous plaît !) que chez les hommes. Les petits veinards n’ont donc pas (ou pratiquement pas) de cellulite. Des recherches réalisées en Belgique et aux États-Unis ont confirmé que c’est à cause de la différence fondamentale de structure qui existe entre le tissu graisseux de l’homme et celui de la femme. Chez les femmes, la graisse est composée de petites membranes fibreuses et fines ayant une orientation perpendiculaire (vers la surface de la peau). Chez les hommes, ces membranes ont une orientation oblique (vers le muscle, en profondeur) et sont plus épaisses et plus résistantes. Résultat : les hommes n’ont quasiment pas de cellulite, même quand ils prennent beaucoup de poids.

Le «capitonnage» des lobules féminins, comparable à celui des matelas, forme de petites boules sous-cutanées. Et lorsque la peau manque de fermeté, elle ondule en suivant le sommet des lobules sous l’épiderme. La surface cutanée prend alors un aspect disgracieux de peau d’orange.

La paresseuse réagit: En demandant conseil à son médecin ou son pharmacien.