Toutes les paresseuses sont-elles logées à la même enseigne?

Pas forcément. Certaines minces ont de la cellulite quand d’autres, plus dodues, n’en ont pas ou presque pas. Vous pourriez en tirer la conclusion que la cellulite est génétique, et ce ne serait pas entièrement faux. Méfiez-vous cependant des conclusions hâtives. Car, si nous ne sommes pas toutes égales devant la cellulite, puisque nous naissons avec un capital d’adipocytes, c’est-à-dire avec un nombre très précis de cellules graisseuses variant d’une femme à l’autre, il est aussi vrai que de multiples facteurs et comportements permettent ou non à cette tendance génétique de s’exprimer (il en va de même pour bien des gènes).
Les adipocytes se multiplient jusqu’à l’âge de 18 ans. Ils stockent ensuite des graisses et, par conséquent, augmentent de volume. Mais il vous appartient de gérer votre capital. Si vous grossissez, vous stockez de la graisse et risquez d’avoir de la cellulite – c’est logique – ; mais si vous perdez du poids dans le cadre de régimes à répétition, vous finirez aussi par avoir plus de cellulite. 11 est donc fortement déconseillé de jouer les yo-yo ! Autre exemple : votre peau, en vieillissant, va devenu plus fine et perdre de son élasticité – c’est inéluctable. Et qui dit  peau distendue» dit «cellulite». U n’appartient qu’à vous de faire suffisamment de sport pour prévenir ce relâchement et vous forger de beaux muscles capables de la soutenir. Un dernier exemple: l’alcool et le tabac sont des facteurs prépondérants dans le développement de la cellulite. À vous d’être raisonnable et suffisamment concernée par votre santé.

Conclusion: pour parvenir à vous débarrasser de votre cellulite, en réduire son volume ou, s’il n’est pas trop tard, prévenir son apparition, jetez un coup d’œil sur ce qui suit pour savoir reconnaître les facteurs qui favorisent son développement.