Dans l’univers merveilleux des sucres, mieux vaut choisir ceux qui ont un faible index de glycémie. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il entretient un rapport étroit avec le stockage des graisses! Certes, un aliment ayant un index glycémique élevé est utile quand l’organisme est en demande énergétique (en cas d’effort soutenu, par exemple), mais si ce n’est pas le cas, il engendre une sécrétion massive d’insuline, l’hormone qui stocke le gras en bonne petite ouvrière! Une paresseuse qui mange trop sucré et se retrouve en hyperglycémie n’échappe donc pas à la formule suivante:

Hypetglycémie – Sécrétion d’insuline – Stockage des graisses

Attention au diabète!
Le rôle de l’insuline est de contrôler le niveau de sucre dans le sang. Le bon fonctionnement de cette régulation dépend de «senseurs», des récepteurs d’insuline disposés sur la membrane des cellules. Or, ces récepteurs peuvent se désensibiliser.
C’est ce qui arrive lorsque le taux de sucre dans le sang est trop souvent élevé. Ce phénomène est appelé «résistance à l’insuline».
Pour compenser cette insensibilité, le pancréas fabrique alors de plus en plus d’insuline pour obliger les récepteurs à répondre. Certaines personnes deviennent tellement résistantes à l’insuline que la quantité d’hormones requise pour obtenir une réponse des récepteurs (et abaisser le taux de sucre dans le sang) est supérieure à ce que leur pancréas peut fabriquer: c’est le diabète de type 2.
Le diabète a des conséquences graves sur la santé, car l’excès d’insuline encourage les reins à retenir le sel et les fluides, stimule la production de cholestérol et de triglycérides et épaissit la partie musculaire des parois artérielles – ce qui accroît la pression du sang et donc la tension. De plus, l’excès d’insuline envoie aussi un message aux adipocytes: il réduit le  métabolisme basai, convertit les graisses alimentaires en graisses de réserve et décourage leur utilisation comme source d’énergie.

Les effets dévastateurs du grignotage
Vous le savez mieux que quiconque: il est difficile de résister aux sucreries quand une fringale vous tenaille. Mais pourquoi donc?
Tout simplement parce que la sensation de faim est due à une baisse de la glycémie, le taux de glucose dans le sang. Si vous mangez des produits sucrés, votre organisme les dégrade systématiquement en glucose. Or, les aliments à index glycémique élevé sont transformés très rapidement et leur absorption peut donc entraîner un important pic glycérique (contrairement aux aliments à index glycémique bas qui sont dégradés lentement).
Or, quand la glycémie augmente subitement, en réponse à la consommation d’aliments à index élevé, le taux d’insuline augmente lui aussi et active les enzymes responsables du stockage des graisses, processus qui engendre à son tour la formation de nouvelles cellules adipeuses ! Ainsi, si vous passez votre temps à grignoter des sucreries, votre organisme va stocker directement le surplus de sucre que vous avez dans le sang dans vos cellules adipeuses – le seul moyen qu’il ait trouvé pour évacuer une arrivée trop massive de sucre.

Réguler sa glycémie
Certains facteurs freinent la pénétration des sucres rapides dans le sang. La situation peut donc tourner à votre avantage…

• Si vous faites attention à la cuisson et a la préparation.
Troquez, quand vous en avez le temps, la purée prête à l’emploi pour une purée de pommes de terre maison au pouvoir glycémiant moins élevé de 30 %.

• Si vous ne consommez pas de sucre en dehors des repas.
L’index glycémique d’un aliment contenant des sucres rapides est renforcé s’il est consomme de manière isolée,
c’est-à-dire en dehors des repas. Mieux vaut donc craquer pour une petite gourmandise à la fin du déjeuner plutôt qu’au beau milieu de l’après-midi.

• Si vous jouez les associations. N’omettez pas les fibres lorsque vous consommez des glucides. Accompagnez vos
féculents de légumes verts pour diminuer l’apport glucidique du plat tout en vous assurant une bonne satiété : courgettes et riz, tomates a la provençale, nouilles chinoises et brocolis vapeur, etc. Même chose pour les légumes secs que vous marierez avec des légumes frais : pois chiches et fenouil, flageolets mijotes et tomates, etc.