Les muscles striés
Ils sont sous contrôle du système nerveux central (système volontaire). Ils unissent en règle générale les os entre eux et permettent la motricité, c’est-à-dire le déplacement du corps. Les muscles striés du squelette sont dotés de fibres de deux types (la proportion étant variable selon les muscles et l’hérédité):
• Les fibres «lentes» qui sont très efficaces pour l’endurance.
• Les fibres «rapides» (type II) qui produisent plus de puissance sur de courtes périodes, mais qui sont plus sensibles à la fatigue.

Les muscles lisses
Ces muscles ne sont pas sous contrôle direct du système nerveux central, mais sous contrôle du système nerveux autonome (système involontaire). L’estomac, par exemple, comporte deux couches de tissu musculaire lisse.

Le myocarde (le cœur)
C’est un cas particulier dans la mesure où il s’agit d’un muscle strié (vu au microscope) possédant un système de contraction qui lui est propre (il est en effet difficile de le contrôler consciemment à moins d’être un yogi) et il est sensible aux stimulations hormonales.

Les muscles paresseux qui ne demandent qu’à travailler
Rien que pour vous, un petit tour d’horizon font des misères lorsqu’ils sont trop mous!

Les muscles du ventre
Parmi les muscles du ventre, on distingue les droits, les obliques et les transverses, disposés en trois couches superposées. Ils vous donnent une bonne posture (ils empêchent une courbure excessive de la colonne vertébrale) lorsqu’ils sont bien entraînés.
Lorsque tous les muscles du ventre se contractent en même temps – si vous faites des abdos, par exemple -, le mouvement musculaire a un effet stabilisateur et décongestionnant sur les vertèbres lombaires. Ce phénomène agit contre la cellulite et l’accumulation de graisse dans la ceinture abdominale.

Les muscles des cuisses
Us peuvent (et doivent) être raffermis de tous les côtés ! Avant, arrière, intérieurs, extérieurs : tous ces muscles peuvent travailler à loisir. Les muscles antérieurs sont plus forts que ceux de la loge postérieure, mais vous pouvez faire travailler ces derniers grâce au vélo en particulier. Les contours de l’extérieur et de l’intérieur des jambes sont quant à eux définis par les adducteurs et les abducteurs; d’ailleurs, la graisse s’y dépose volontiers sous forme de culotte de cheval ! Sollicitez ces muscles en écartant (abducteurs) puis en rapprochant (adducteurs) les jambes.
Vous les renforcerez, de même que le tissu conjonctif qui les recouvre.

Les muscles des fesses
Etant de plus en plus sédentaires, notre grand fessier n’est donc pas fortement sollicité au quotidien! Cette zone est aplatie et étirée par des positions assises prolongées! Vous pouvez cependant la raffermir en vous levant de votre chaise de temps en temps ou, mieux encore, en montant les escaliers le plus souvent possible.

Les muscles du haut des bras
L’arrière du bras est malheureusement souvent enrobé de cellulite. Le triceps devient vite ramollo, trop occupés que nous sommes à faire bouger le biceps, qui se trouve à l’avant du bras.
Faites sortir votre triceps de sa paresse en prenant appui sur vos bras lorsque vous quittez votre siège ou, mieux encore, en exerçant une pression vers le haut lorsque vous vous trouvez en appui avant (barres parallèles ou pompes).