Voici une activité qui cartonne aux États-Unis. Et pour cause: non seulement cette discipline de plein air est originale, mais en plus elle entraîne une dépense énergétique conséquente et vous sculpte un corps de déesse ! Le principe? Marcher plus vite que dans la vie courante ou que lors d une randonnée, mais moins rapidement et moins rigidement qu’en marche athlétique ou en footing. C’est facile à apprendre, peu onéreux, praticable partout, par tous et par tous les temps. Le walking est bien plus qu’un simple exercice de pleine nature:

• Il tonifie les jambes et les fessiers et renforce les muscles, les tendons et les ligaments.

• Il renforce le système cardiovasculaJre et respiratoire. Le cœur se muscle, bat plus lentement mais plus vigoureusement au repos. Il est plus apte à affronter les efforts soutenus.

• Il améliore le volume de vos poumons, votre organisme est plus oxygéné et votre circulation sanguine s’en trouve améliorée.

• Il brûle pas mal de calories (400 kcal par heure en moyenne) et mobilise les réserves de graisse.

• Il réduit le stress en influant sur la production d’hormones anti-stress et redonne la pèche.

• Il est fait pour tout le monde (sportives, sédentaires, ou même… paresseuses invétérées) et permet donc de renouer en douceur avec le sport!

Le walking est un vrai sport technique : il ne suffit pas de marcher plus vite. Il faut apprendre à préserver vos genoux ou votre dos et à faire travailler aussi bien vos jambes que le reste de votre corps.

• Les pieds. Commencez par poser le talon, déroulez le pied sur toute sa longueur jusqu’aux orteils, en passant par le milieu ou le bord extérieur de la voûte. Repoussez le sol énergiquement vers l’arrière. Posez à ce moment l’autre talon.

• Les jambes. Contrairement à la marche athlétique, ne vous déhanchez pas outre mesure : les genoux sont légèrement plies, les jambes restent parallèles, et les pas ne sont pas trop grands.

• Le torse. Il doit être bombé, la cage thoracique ouverte. Détendez vos épaules. Cette position permet de respirer
plus aisément.

• Le regard est porté vers l’avant.

• Les bras doivent être repliés à 90°. Les poings sont légèrement refermés, sans être serrés. Le mouvement se fait naturellement, sur un axe longitudinal.

• La respiration doit être profonde pour activer le diaphragme. Inspirez par le nez et expirez par la bouche.