Elle touche tout le monde

Petite ronde, grande perche, jeune fille ou quinqua, la cellulite n’est pas égoïste, elle touche tout le monde, semant çà et là sa disgracieuse peau d’orange sur nos cuisses gondolées. Que celles qui pointent du doigt les maigrichonnes remballent leur index, même la plus fine liane en a. Si si, car ce n’est pas une affaire de poids mais de masse graisseuse. Comme on peut être mince et molle, on peut avoir la cuisse fine et truffée de cellulite. Une petite revanche pour celles qui ont dépassé la taille 38 depuis le lycée.

Elle ne part jamais

La cellulite nous met face à la dure loi de la nature, à savoir que si on en a collée aux cuisses, on est bonne pour se la coltiner ad vitam aeternam. Quoi, ça ne sert à rien de suivre un régime et de se masser pendant des heures avec des crèmes miracles ? La première chose à savoir, c’est qu’un régime (même celui des stars) fait surtout perdre de l’eau et du muscle. La graisse est elle nettement plus coriace et survit très bien aux diètes (mais moins au sport). La deuxième chose, c’est que le fameux palper-rouler a une efficacité réelle, mais qu’il ne faut pas non plus croire aux miracles. On peut atténuer l’aspect peau d’orange mais ne jamais vraiment s’en débarrasser.

La caféine est son ennemie

Elle a beau être quasi-indestructible, la cellulite a tout de même des ennemis. Le plus connu, c’est la caféine que l’on retrouve dans une majorité de soins anti-peau d’orange. Ce stimulant nerveux et cardiaque est un bon diurétique qui favorise la fonte des graisses. Si on veut atténuer la cellulite, on opte donc pour une crème à la caféine qu’on applique en massage minceur (cf notre mode d’emploi palper-rouler). 

La cellulite se loge partout

Elle a beau avoir un vilain et inesthétique penchant pour la culotte de cheval, la cellulite n’en est pas pour autant exclusive. Chez certaines (malchanceuses), elle colonise aussi l’arrière des mollets, l’intérieur des cuisses, les genoux, le ventre et l’arrière des bras. La répartition de la masse graisseuse est une grande loterie. Certaines gagnent, d’autres perdent…

C’est héréditaire

Comme les recettes de grand-mère, la cellulite se refile de génération en génération et on se serait bien passé de cet héritage. Si maman en avait, il y a de fortes chances qu’on en soit aussi dotée. Mais il ne faudrait pas oublier la responsabilité des oestrogènes, les hormones féminines. Lorsqu’il y a perturbation ou déséquilibre alimentaire, l’eau, les graisses et les déchets ont tendance à se stocker dans les cellules graisseuses, dites adipocytes. Et c’est encore pire si on souffre d’une mauvaise circulation sanguine. Bref, vous l’aurez compris, inutile de culpabiliser, vive le palper-rouler!